Il est là, tout chaud, prêt à rejoindre vos mains fureteuses. Mon roman, mon premier roman, mon premier véritable roman, sera publié le 24 mai prochain aux éditions Balland !

Les semaines ont passé depuis cette annonce qui aura gaiement marqué le début de mon année 2018. Une annonce que j’attendais, pour laquelle j’ai croisé doigts de mains et de pieds, rêvé la nuit, le jour, agacé mon entourage proche à coup de questions un peu pénibles et redondantes du genre, « Vous pensez vraiment que c’est possible ? ».L'arrondi silencieux - Corentine Rebaudet

J’y croyais, j’ai toujours cru en cette histoire, depuis la première phrase posée, depuis même ma première idée, jusqu’à l’envoi de plusieurs manuscrits à divers éditeurs ; passage obligé, souvent douloureux et vain qui, pour ma part, se sera conclu par la signature d’un contrat en bonne et due forme avec une maison d’édition qui a cru à son tour en mon histoire. Le flambeau était transmis.

Joie.

Et puis, il y a eu la recherche d’un titre, d’une couverture, d’une quatrième de couverture, les relectures, corrections… Et l’attente, pas très longue pour moi, j’ai eu de la chance. Quelques mois seulement jusqu’à ce mai printanier qui verra naître une petite partie de moi faite de papier et d’encre, d’un peu de réel et de beaucoup d’imagination.

L’arrondi silencieux est un récit familial, du genre dramatique. J’ai voulu raconter une fratrie désordonnée au lendemain de la mort de la mère commune, à défaut d’avoir un père à partager. Gabrielle, l’aînée, Jérôme puis Ophélie, la petite dernière. Viendra ensuite Théodore, l’ultime époux d’Edith, un terrien sédentaire. Je pourrais évoquer ma farfelue Fabiola, sans doute le personnage que j’affectionne le plus… Mais chut ! Je vais me taire.

J’ai écrit cette histoire comme on couche au matin ses rêves sur papier, avec naturel, spontanéité, excitation et curiosité. Découvrant mes personnages et leurs possibilités au gré de leurs aventures, de leurs émotions, de leurs incapacités, de leur courage surtout. Au départ étriqués dans leur existence, je leur offre, à travers un deuil peu commun et un sombre secret, une nouvelle chance.

Pour le reste, je vous invite à découvrir L’arrondi silencieux, en librairie et points de vente habituels.

Il serait trivial de vous dire que j’ai hâte d’avoir les premiers retours. Et pourtant, aussi évident soit-il, ce désir impatient m’anime d’une flamme intense.

Quatrième de couverture

Deux sœurs et un frère, de pères différents, se retrouvent autour de leur mère décédée, Edith. Ils n’ont jamais rien construit de solide, se voyant rarement, se connaissant tout juste. À l’aube du nouveau millénaire Gabrielle, l’aînée, se découvre une grossesse surprise, Jérôme, quant à lui, s’enfonce dans la marginalité à Grenoble, au milieu de la drogue et de la peinture, Ophélie, la dernière, est aux prises avec un conjoint violent et tente de surnager dans ses études de médecine.

Gabrielle décide de retourner sur les traces d’Edith dans la campagne lyonnaise, auprès de Théodore, son dernier mari. Elle emporte avec elle une lettre reçue de l’infirmière l’ayant soignée et portant le prénom « Icare ». Qui est-il ? Est-il en vie ? Bien vite les théories s’accumulent, tandis qu’elle doit faire avec une grossesse non désirée.  

Partant d’un drame, acte terrible et insensé, L’arrondi silencieux raconte une fratrie éparse, les blessures de l’abandon, le tâtonnement des retrouvailles et les doutes de la maternité. 

Découvrez le prologue

Je souhaite bon vent à L’arrondi silencieux, son histoire est à présent celle que vous déciderez de lui écrire…

Rendez-vous sur Hellocoton !